Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 09:28

Je reviens de cette jolie vallée d’Aspe dans les Pyrénées avec la tête dans les airs. Située entre la vallée d’Ossau (à l’Est) et la vallée du Baretous (à l’Ouest), l’Aspe est unique par son aspect accidenté, comparée à ses vallées voisines, et ses forêts magnifiques qui lui confèrent une fraîcheur extrêmement agréable. J’arrête tout de suite l’utilisation du mot « comparaison » qui n’a pas lieu d’exister tant la vallée d’Aspe est la plus belle (n’est-ce pas Isabelle ?!), la plus dynamique l’unique et LA beauté des Pyrénées (du chauvinisme ? non pas ! De l’adaptation !). Enfin bref, on arrive très facilement en vallée d’Aspe en suivant Oloron Sainte Marie, puis direction Sarragosse et tout droit. Juste avant Bedous, tournez à gauche direction Accous (pas pour les camions) afin d’éviter la voie rapide. Heu…je l’avoue…j’ai pas tourné et je me suis retrouvé tout au bout de la voie rapide, tournant ensuite sur Accous, entrant dans le village, m’y perdant très vite et obligé de demander mon chemin pour trouver la zone de l’école de Parapente dont le panneau d’entrée se trouvait dos à moi. Enfin bref, au rond point, n’hésitez pas à prendre à gauche. Le truc sympa, c’est l’organisation du site. Pas de soucis côté installation, surtout si vous avez décidé de planter la tente.

 

DSC_0222.jpg

 

 

L’accueil y est attachant mais il se fera dans un deuxième temps, tout dépend à quelle heure vous comptez sortir votre toile. Avertissez de votre arrivée en téléphonant et ne vous souciez plus du reste, l’esprit est cool Raoul.

Maintenant, je vous invite à découvrir la distance qui sépare le camping de l’école de parapente.

 

 

  camping2

 

 

 

Vue depuis mon emplacement ; vous longez le chemin goudronné, vous sortez du camping et c’est le bâtiment au toit gris au fond du chemin. Je sais, la distance est impressionnante. Pour ne pas froisser la concurrence, je ne donne pas le nom du camping mais il me semble quand même qu’il s’agit du seul camping du village.

Enfin, question ravitaillement, tout est à proximité, bar, resto, pizzeria, petit supermarché. Pour retirer de l’argent, il faudra prendre la voiture pour aller jusqu’à Bedous, le village voisin plus au sud.

Le stage !

La stratégie de m’inscrire le plus tôt possible était payante puisque j’étais le tout premier stagiaire de l’année. De fait, la première journée a été intensive en informations et en remontées de pente. Cela a commencé par un peu de théorie, un choix de voile (la rouge), puis direction Sarrance. Ce village est très beau et dispose d’une petite pente verte très subtile et très rustique à la fois pour apprendre les bases du gonflage. Deuxième jour, je ne suis plus tout seul, Thierry et Matthieu sont arrivés. L’un fait du paramoteur et l’autre revient en perfectionnement après avoir fait son stage « initiation » l’année passée. Nous partons sur le  plateau du Benou. Alors là les enfants, si vous souhaitez découvrir un joli coin, ne ratez pas cet endroit. Question pilotage de voile, la pente est plus prononcée, nous renouvelons nos gonflages de voile puis ce sont les premiers décollages. Et autant dire que sentir l’air sur le visage fait du bien. Car le gonflage vous chauffe les narines, les mollets et le casque :

   

 

 

Voici Thierry à l’œuvre.

 

DSC 0184

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 en vol...DSC 0191

 DSC_0192.jpg

  

 

L’après-midi,  Azorman et hugoshow volent en biplace sur ce déco depuis lequel nous partirons le lendemain, nous les accompagnons.

 

Déco du Bergout (800 mètres de hauteur par rapport à l’atterro). Vous voyez comme je parle parapentiste maintenant : déco, atterro !

 

Hugoshow prépare son voyageur. 

 DSC_0196.jpg

  

Et le décollage… en contrebas, le village d’Accous.

 DSC_0200.jpg

 

 Les deux biplaces et Christophe en vol.

 

 

DSC_0212.jpg

 

 

 

 

Regardez moi comme il est chaud le Christophe !



DSC_0215.jpg

  

Une petite dernière avec cette rencontre qui fait une des joies du parapente tout comme celle du planeur que je n’oublie pas car il s’agit de deux activités extrêmement proches.

 

DSC_0218.jpg

 

Mais au fait, où arrive-t-on ?

Ici…

 

DSC_0233.jpg

   

 

Ou plutôt là ! C’éti pas bo !?

DSC_0230.jpg



Quatrième jour, le temps se gâte.

Décision prise, on décolle du 300 pour nous entraîner à l’atterrissage. Puis on part de l’intermédiaire situé à 600 de hauteur. On commence à prendre l’habitude de la voile et de la sellette, dont je n’use pas en parachutisme puisqu’il n’y en a point. Hugo est en haut pour les décos et Xavier en bas à l’atterro. Xavier dit « Azor », est le mec qui a de la bouteille sans en avoir et Hugo est le jeun’s qui tombe les poules comme il tombe la pluie. Preuve à l’appui, elles rôdent près de son campement, de vraies groupies, mais il travaille les filles à cette heure-ci  :

DSC_0220.jpg

 Dernier jour:

Le temps ne s'arrange pas, impossible de voler, on rentre! A très bientôt Accous!!!



 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sébastien - dans Parapente
commenter cet article

commentaires